Calais s’impose à Evreux

Accueil/Actualités/Calais s’impose à Evreux

Calais s’impose à Evreux

Evreux – Calais 2-3 (20-25, 25-21, 18-25, 25-23, 10-15)
Le match vu par Paris Normandie
L’accession est encore repoussée… Dès l’entame de match, les joueuses normandes sont livides. Est-ce la pression de l’accession ? Une semaine chaotique d’entraînement ? Toujours est-il qu’elles ont bien du mal à aligner un pied devant l’autre (1-3). Oliveira Souza tente de mettre le train ébroïcien sur les rails (5-3). Temps-mort nordiste. La pointue de l’EVB (10-6) porte son équipe grâce à sa réussite offensive (3/3). Mais voilà, le ver est dans le fruit. Évreux commet bien trop de fautes. L’addition monte déjà à cinq quand Calais repasse devant (11-12). Milovic et Rakosova montent en température (15-18), tout comme la défense nordiste (15-21). Carlotta Zanotto passe sa première attaque au 40e échange (18-22), c’est dire si l’EVB galère. Dea Slavova est également en difficulté. Milovic et Moma n’ont pas ce genre d’atermoiement (20-25). Évreux a besoin d’exploits individuels. Giada Benazzi arrive avec sa fougue et sa frappe lourde. L’Italienne bouscule la défense calaisienne (6-1). Si Rakosava continue ses dégâts, l’ancienne internationale transalpine de beach réveille le gymnase Canada (10-6). Problème, les Ébroïciennes sont fébriles techniquement (11-9). C’est avec son service, son bloc et une Benazzi en feu que l’EVB fonce vers le gain du set (18-10). Mais non, chute de tension. Les Nordistes reviennent sur les talons evébistes (20-18). Oliveira Souza et Zahora doivent s’employer pour égaliser (25-21).
IMG_1536
Inconstance normande. La pause n’a pas relancé la machine. Les Ébroïciennes évoluent toujours en basse tension. Elles prennent l’eau en réception (2-6 ; 4-9). Toutefois quelques fautes Calaisiennes et le duo Oliveira Souza-Benazzi offre de l’espoir (12-12 ; 15-13). La suite sera terrible. Bonacossi explose le contre ébroïcien, Milovic brille au centre et Koutchouk commence son numéro. La réception est en morceaux. Bilan : 3-11. La Stella mousse à nouveau (18-25). Elle a bien failli pétiller encore plus (12-16, dans la 4e manche). Acculées, les Normandes réagissent enfin en leader. Toujours avec le service comme premier maillon de la chaîne et Oliveira Souza au marteau. Slavova se démène au centre (20-17).
Calais revient encore (23-23). Le destin bascule sur une faute filet sifflée sur la balle de set (25-23). Nouvelle chute de tension alors que l’EVB (3-2) débute bien ce tie-break. Carlotta Zanotto, habituellement dominatrice, se fait attraper deux fois et envoie une balle dans les bâches (3-5). Benazzi n’a plus de gaz. Baladée par sa réception, Amalric ne peut plus s’appuyer sur Zahora. Calais fonce vers la victoire (3-7, 7-14). La 34e faute ébroïcienne donne la victoire à de méritantes nordistes (7-15) qui ne se sont pas préoccupées du classement.
Inconstance normande. La pause n’a pas relancé la machine. Les Ébroïciennes évoluent toujours en basse tension. Elles prennent l’eau en réception (2-6 ; 4-9). Toutefois quelques fautes Calaisiennes et le duo Oliveira Souza-Benazzi offre de l’espoir (12-12 ; 15-13). La suite sera terrible. Bonacossi explose le contre ébroïcien, Milovic brille au centre et Koutchouk commence son numéro. La réception est en morceaux. Bilan : 3-11. La Stella mousse à nouveau (18-25). Elle a bien failli pétiller encore plus (12-16, dans la 4e manche). Acculées, les Normandes réagissent enfin en leader. Toujours avec le service comme premier maillon de la chaîne et Oliveira Souza au marteau. Slavova se démène au centre (20-17).
Calais revient encore (23-23). Le destin bascule sur une faute filet sifflée sur la balle de set (25-23). Nouvelle chute de tension alors que l’EVB (3-2) débute bien ce tie-break. Carlotta Zanotto, habituellement dominatrice, se fait attraper deux fois et envoie une balle dans les bâches (3-5). Benazzi n’a plus de gaz. Baladée par sa réception, Amalric ne peut plus s’appuyer sur Zahora. Calais fonce vers la victoire (3-7, 7-14). La 34e faute ébroïcienne donne la victoire à de méritantes nordistes (7-15) qui ne se sont pas préoccupées du classement.